Translate

25 févr. 2017

Avant la haine.


Titre : Avant la haine.
Auteur : Thierry Cohen.
Genre : Contemporain.
Edition : Flammarion.
Nombre de pages : 660 pages.
Prix : 20.90€.


Résumé :

- Cette fois, nous sommes parvenus à parler des ces événements sans trop nous emporter. Il faudra veiller à ce qu'il en soit toujours ainsi.
- Inchallah.
- Non, laisse Dieu en dehors de tout ça. Cela dépend de notre seule volonté.

 Deux enfants, un juif, un musulman, deviennent amis. Ils grandissent, apprennent, se découvrent, s'intègrent. Ils ont des rêves, des espoirs, des luttes communes. Des amours aussi. Puis apparaissent les fissures, naissent les désaccords, s'expriment les ressentiments, s'insinue la violence.
Jusqu'où ?
Jusqu'à la haine ?

Avant, Raphaël et Mounir se voyaient comme des frères. Peuvent-ils renouer avec l'amitié dont ils étaient si fiers... ou bien est-il déjà trop tard ?


Extrait :

 Quand Raphaël s'est approché de moi, jeudi matin, et m'a tendu la carte, j'ai rougi. Son insistance à affirmer son amitié, au-delà de nos différends, m'a touché : il m'invitait à la bar-mitsva de son frère ! J'ai soudain eu honte de m'être éloigné à cause de Cécile et me suis senti très con : après tout, en quoi était-il responsable du fait qu'elle l'ai préféré ? N'aurais-je pas agi comme lui, si j'avais été l'heureux élu ?
- J'invite seulement Cécile et toi, a-t-il dit.
Une manière de nous réunir, une occasion de prendre un nouveau départ.


Avis :

 Sincèrement c'est ma seconde lecture parlant de religion. Et ce roman de Thierry Cohen est construit avec ampleur sur des faits divers et réels. Malheureusement, ce n'est pas un coup de cœur, trop d'informations fusent et sont à retenir. Dans tout les cas, l'histoire met en valeur deux personnages admirables par leur force et leur différence. Ce que j'ai aimé dans cette œuvre c'est certainement la façon dont est développé le récit, les parties sont par tranches de 10 années ; avec le point de vue de Raphaël et de Mounir.

Je ne pense pas faire un avis en profondeur sur ce livre, il mérite juste d'être lu et d'être compris un minimum ; éviter les jugements malsains sur cette lecture par contre, l'auteur met en avant une partie de lui-même et il faut le respecter que ça plaise ou non.

Au fond malgré des sujets parfois tuent dans le monde, la synopsis est franchement intéressante – Toutefois je me suis posée une question pertinente : Les sentiments et ressentiments des héros ne sont-ils pas exagérés ? Cet ouvrage est brillant de vérité sur le racisme et la politique, remarquable dans la sensation de vivre auprès des héros et d'apprendre à connaître leurs pensées, choix de vie et leurs combats semblables ou personnels. Ce que je pense d'eux n'a pas lieu d'être ici, toutefois je me suis pris d'affection pour ces deux enfants, adolescents et adultes visant des objectifs, essayant de s'aimer malgré des opinions divergentes, s'apprivoisant au grès du temps et des séparations qu'ils connaissent. Ils grandissent, apprennent et découvrent. Ce que je regrette avec cette lecture, honnêtement c'est l'amitié liant ces deux personnages, elle est tellement faible, souvent délaissée ; attendant qu'ils soient encore plus proche l'un de l'autre que deux garçons s'appréciant pour leur dissemblance avec pourtant des points communs. L'auteur souhaite laisser le message de comment la haine peut se propager sans raison valable ; une guerre à des milliers de kilomètres, des luttes opposantes, un changement de personnalité et de valeur pour chacun d'eux et tout devient rancœur. Je n'ai pas pu suivre tout les évènements du récit, trop complexe à comprendre pour certain, trop de renseignement pour d'autre ; toujours est-il que j'ai ouvert les yeux sur le principal.

Ayant déjà découvert la plume de Thierry Cohen, je ne suis pas vraiment surprise, néanmoins je suis renversée par l'approfondissement des émotions des héros, par les descriptions intensives enrichissantes de vocabulaire. Dès lors, je suis mitigée ; des chapitres court certes mais un roman bien trop long et abondant de précision. Pourtant la richesse des mots, la connaissance des sujets, la fluidité de certain passage, le rythme par moment frénétique ; expose une envie de connaître le fin mot de l'histoire en dépit des 660 pages, dont un tiers me semble inutile. L'écrivain a choisit de faire un livre différent, changeant de registre ; c'est une bonne idée puisqu'elle transmet des références, des espoirs, des envies et surtout du présage sur la haine.

Pourquoi n'ai-je pas un coup de cœur pour ce roman racontant une amitié entre un juif et un musulman ? Démontrant des vérités et un réalisme envisageable de plusieurs manières ? Peut-être est-ce l'excès d'information, le manque profond du sentiment d'amitié, réel et instinctif que j'espérais, le développement sur les émotions négatives dont la haine et l'incompréhension, le racisme révoltant et la lâcheté d'une partie du monde, la rigueur absolue où des mots s'accumulent l'un sur l'autre. Raphaël et Mounir, deux personnages mémorables et admirables, je les garde en esprit pour me souvenir de leurs expériences et de leurs actes marquants. Je ne saurais dire ce que je n'ai pas aimé dans cet ouvrage, le tout est sincère, authentique alors l'ensemble est émouvant, grandiose puis-je dire. Peut-être que je n'ai pas tout retenu et saisi, mais grâce à « Avant la haine » j'ai un enseignement digne de ce nom sur un thème profondément cultivant et important.


Note :
8.5/10.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire