Translate

26 juil. 2017

Le pouvoir des Lys, Tome 3 : Puissante.


Titre : Le pouvoir des Lys, Tome 3 : Puissante.
Auteur : Maria V. Snyder.
Genre : Fantasy.
Edition : Harlequin.
Collection : Darkiss.
Nombre de pages : 502 pages.
Prix : 15.90€.


Résumé :

 Dernière survivante de son peuple, Guérisseuse clandestine et menacée, Avry est devenue, bien malgré elle, celle qui tient le destin des Quinze Royaumes entre ses mains magiques. Face au nouveau fléau qui frappe et vient nourrir l'armée des Morts, elle est la seule à connaître le secret des antidotes et à pouvoir soutenir le prince Ryne dans son entreprise de paix. Mais que vaut la puissance quand on croit avoir perdu l'être qui vous est le plus cher ?


Extrait :

 Sans masquer son mécontentement, Kerrick a objecté :
- Pourquoi ne pas voyager ensemble et dormir à part ?
- Je pense qu'il faut une certaine distance entre toi et moi pour que Tohon me contacte par le biais des rêves.
- D'accord, mais cela ne risque-t-il pas aussi de renforcer le lien entre vous ?
Voilà ce qui le gênait véritablement.
- Si, sans doute. Mais nous devons savoir où il est.
- A cheval, il nous faudra à peine cinq jours pour rejoindre le QG, a argumenté Quain.
Kerrick lui a décoché un regard furibond.
- Silence ! lui a intimé Loren. Tu vois bien que Papa et Maman se disputent, ne t'en mêle pas.
Kerrick a reporté son attention sur moi.
- Seras-tu capable de lui cacher quoi que ce soit ? m'a-t-il demandé.
Bonne question, effectivement.
- Dans mes rêves, il m'a menti à plusieurs reprises. L'inverse devrait donc être possible.
Je me suis rapprochée de Kerrick.
- Tout ira bien.
Ses épaules se sont affaissées. Je pouvais deviner son inquiétude, mais nous n'avions pas le choix.
- D'accord, a-t-il fini par céder. Mais c'est moi qui décide de qui t'accompagnera.
- Ils se disputent la garde des enfants à présent ! a plaisanté Loren.


Avis :

 Que dire de ce final ? La première partie de ce roman est remplie d'hypothèse et sans aucune certitudes. Les pages se tournent et les suppositions ne sont pas stables. Au bout d'un moment ça devient frustrant et sans plus d'intérêt, à force tout est en suspens avec une mauvaise impression d'hésitation sur les évènements. Le second morceau est largement plus intéressant, les rebondissements s'enchaînent hâtivement, laissant les doutes derrière eux. Les péripéties deviennent moins répétitives. Je ne suis pas déçue par ce dernier tome, au contraire ; néanmoins je le trouve incomplet et incertain. Tout n'est pas clair et résolu de mon point de vue. Ce qui tient la route tout compte fait avec cette saga, c'est l'originalité et peut-être les émotions, toutefois ces dernières sont moins importantes à éprouver qu'avec les 2 tomes précédents.

Avry est une guérisseuse populaire ; certains veulent la tuer, d'autres la capturer et ses camarades la protéger. Le temps est compté pour sauver les Quinze Royaumes et tout ce qu'elle peut faire c'est de guérir les blessés et de trouver une solution pour détruire une maladie mortelle. Son tempérament est de plus en plus mature, toutefois c'est quelqu'un de généreux, elle prend tout sur ses épaules au prix de son énergie et de sa santé. Téméraire et de temps en temps capable du pire, son imprévisibilité est hors norme. C'est une jeune femme admirable et je l'ai envié pour son caractère de feu. Son amour pour les gens est enrichissant, peu de monde ont un grand cœur comme elle. Je l'ai beaucoup aimé, malgré ses décisions très vives et ses erreurs difficiles. Elle n'est pas parfaite, même avec sa magie ; c'est une humaine dans tout les cas et elle peut commettre des mauvais actes. Elle s'en rend compte, assume et regrette. La guerre, l'amour et l'amitié sont les éléments clés de ses choix. Elle est attachante, sa sensibilité fait d'elle cette guerrière ; elle ne se laisse jamais aller, elle se bat pour tout et dans toutes les situations.

Kerrick est un mage sylvestre, disparaissant sans laisser de trace, la plupart de ses amis croit qu'il est mort après avoir était frappé par une lame imbiber dans la toxine du Lys de la mort. Mais Avry pense qu'il est toujours vivant. Le cherchant de tout son cœur au début et petit à petit en laissant faire le temps sachant qu'il reviendrait de lui-même vers elle. Kerrick n'est plus tout à fait le même, sa magie en particulier est différente ; c'est complexe à suivre se changement mais il n'est pas banal, donnant une énigme en plus. C'est un garçon que j'apprécie depuis le tout début de la saga ! Son côté protecteur, sûr de lui est plaisant. Dans cette suite la jalousie est un sentiment qu'il va affronter coûte que coûte. Un héros doux, intriguant, mystérieux, séduisant et loyal envers ses compagnons de route et le prince Ryne. Kerrick est unique, droit et mûr pour son âge, plutôt raisonnable comparé aux autres personnages. Je me suis abandonnée à lui ; séduite et captivée.

Flea est le plus jeune du groupe, difficile d'aborder ce héros sans pouvoir spoiler les tomes précédents. Tout d'abord c'est celui qui a le plus changé, sa personnalité est moins attachante. Pourtant en se mettant à sa place il m'a ému, touchée jusqu'au plus profond de l'âme. Il grandit et n'accepte pas vraiment ce qu'il est advenu de lui-même ; croyant qu'il n'existe plus, se berçant de l'idée qu'il est quelqu'un d'autre. De plus dans son esprit, utiliser ses pouvoirs s'est être mauvais, se considérant comme un monstre. Ce qui m'a moins plu chez lui avec ce tome, c'est son jugement envers Avry ; il n'est pas prêt de compatir envers ses erreurs, alors qu'il devrait les comprendre. En même temps il est jeune et ne tolère pas encore sa propre magie.

Quain et Loren ; les deux vauriens. Ils sont la touche de légèreté dans ce roman, sans aucun doute. Leurs chamailleries ne manquent pas d'amusement, ensemble ils transmettent de la lumière. Je ne me suis pas forcément attachée à eux, mais ils m'ont réjoui ; illuminé de l'intérieur. Odd, un soldat intelligent et prêt à tout. Franchement parfois son amitié pour Avry est ambigu, je l'ai deviné sentimental de temps à autres. Néanmoins Odd me plait, son honnêteté et sa fermeté est nécessaire dans toute cette histoire farfelue.

Donc Ryne ; le prince tentant de rétablir la paix entre les Quinze Royaumes. Je crois que c'est le seul protagoniste secondaire avec qui je n'ai pas accroché. Tout ce qui compte pour lui c'est la stratégie, il ne pense pas à ce que peuvent éprouver son entourage. Il est capable de mettre en danger une personne à son insu. Il souhaite mettre un terme à la guerre mais peut-être le fait-il d'une façon inconvenante. Dans les premières pages, sans voir le prénom de Belen, j'ai ressenti une grande panique ; « Papa Ours » s'est éclipsé du récit. Impossible ! Heureusement que... Je vais éviter d'en dire plus, mais ça demeure le héros irremplaçable et inoubliable ; avec lui tout semble plus beau.

L'impression d'une synopsis ne progressant pas est quasiment insupportable. Souvent j'ai eu un effet de reculement dans celle-ci. C'est dommage, sincèrement. Surtout quand le Tome 1 et 2 est un coup de cœur. Ce troisième est doux-amer, la trame est toujours la même mais ne se précipite pas pour autant vers le grand final. Passé un certain point ça devient décourageant. Cependant, il faut le préciser ; ce dernier roman du « Pouvoir des Lys » n'est pas ennuyant, au contraire ! Les rebondissements ne s'essoufflent guère, chaque combat mené, chaque supposition exposée et chaque révélation solide, sont indispensables au bon déroulement de l'intrigue malgré qu'il y ait trop de suspense et pas assez de simplicité. Trop de mystère et sûrement trop de péripéties à démêler. Cette Fantasy est loin d'être classique, recherchée et travaillée de A à Z, les thèmes sont particuliers. Par contre je subsiste sur ma faim avec le sujet des Lys, le conte sur ces derniers n'est pas vraiment abouti ; tout n'est pas clair, net et précis sur leurs origines, n'étant en rien un détail. Les émotions me prennent toujours aux tripes, moins qu'avec les précédents tomes certes ; mais tout de même j'ai pu vivre entre parenthèse ce que les personnages subissaient. Le sentiment de perte, l'angoisse, les valeurs de l'amitié et les sensations de l'amour, l'ardeur de la haine, la douleur, le soulagement ; chaque émotion est décortiquée avec soin. Ce n'est pas puissant, juste subtile, se voyant toute épancher et amplifier.

Maria V. Snyder possède ce talent de pouvoir emporter le lecteur dans son univers avec juste pour seule arme son imagination et ses phrases magnifiques. La totalité de cet ouvrage et des deux premiers est éclatant d'émoi, l'auteur déverse une certaine poésie dans son récit. C'est exaltant du début jusqu'aux derniers mots. De plus, elle répand ce qui se passe du côté de Kerrick, utilisant son point de vue à chaque fin de chapitre ; ce qui est très agréable. Sa plume est rythmée, hypnotisante, ne cédant aucune chance d'être apte à détacher les yeux et l'esprit de son roman.

Entre romance, guerre, voyage et magie, l'abondance des intrigues et l'inondation des sentiments ; ce roman ultime est plutôt convaincant malgré des aspects négatifs. Avry et Kerrick m'ont beaucoup plu, que ce soit dans leur mentalité ou quand ils sont ensemble. L'histoire n'est pas ordinaire mais le mystère dure trop longtemps. Un beau récit sur une plume sublime, or ce n'est pas un coup de cœur cette fois ci.


Note :
9/10.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire