Translate

20 déc. 2016

Cœurs vaillants, Tome 1 : L'équation amoureuse.


Titre : Cœurs vaillants, Tome 1 : L'équation amoureuse.
Auteur : Nina Rowan.
Genre : Romance.
Edition : Milady.
Nombre de pages : 452 pages.
Prix : 7.90€.


Résumé :

Son génie ne se limite pas aux mathématiques...

 Le vicomte Alexander Hall a fait l'acquisition d'un médaillon dans une boutique de prêteur sur gages. Il ne se doute pas une seule seconde que cet objet rare a une valeur sentimentale aux yeux de la ravissante Lydia, qui a un don incroyable pour les mathématiques. En bon gentleman, Alexander devrait lui restituer ce bijou de famille sans rien demander en échange. Mais, séduit par cette intrépide beauté à l'intelligence remarquable, il brûle de savoir jusqu'où elle est capable d'aller...


Extrait :

 Après une nouvelle poussée, elle atterrit sur la surface dure de la berge, l'odeur forte de l'herbe affluant à ses narines, la chaleur du soleil baignant son visage.
- Lydia ! cria la voix pressante d'Alexander, à travers le bruit du courant qui lui martelait toujours les oreilles.
Elle ouvrit les yeux, s'essuya les joues, et leva les yeux. Quatre visages affolés se penchaient au-dessus d'elle.
- Tout va bien ? demanda Talia en repoussant ses cheveux mouillés de son front. Quand je vous ai entendue crier, nous avons accouru.
Lydia cligna des yeux et hocha la tête, si heureuse de pouvoir respirer qu'elle ne voulait même pas gâcher ce bonheur en parlant.
Alexander fronça les sourcils.
- Bon sang ! Que diable étiez-vous en train de faire ?
Elle essaya de se le rappeler.
- Alex, le moment est mal choisi pour te mettre en colère, le rabroua Talia en repoussant les trois hommes pour l'aider à s'asseoir.
Elle l'enroula dans la couverture du pique-nique et essaya de sécher un peu ses cheveux.
- Je calculais jusqu'où je pouvais ramper sur ce tronc, répondit-elle en claquant des dents. Je pèse cinquante-six kilos et... Ce gros galet que vous voyez là, c'est le pivot, mais j'ai mal calculé les moments d'inertie.
Tous se turent et la regardèrent, abasourdis. Hormis Alexander qui semblait avoir du mal à garder son sérieux.
- Eh bien ! L'erreur est humaine, fit remarquer Talia d'un ton enjoué. Étiez-vous...
Elle regarda les mains de Lydia qui en fit autant. Elle tenait toujours la canne à pêche dans sa main gauche et la ligne était toujours aussi tendue.
- Oh ! dit-elle d'une voix rauque, la rembobinant de ses doigts tremblants. Il y avait un poisson. Une énorme truite arc-en-ciel. De deux kilos et demi... Un plat délicieux pour le dîner. Nous pourrions peut-être la manger avec du beurre fondu. Elle s'est tellement débattue qu'elle m'a fait tomber de l'arbre. Vous ne le croirez pas...
Elle tira le reste de la ligne de l'eau et, avec un sentiment de triomphe, vit le poisson atterrir sur la berge, toujours accroché à l'hameçon. Elle en oublia qu'elle était mouillée, transie de froid.
Elle avait réussi. Elle avait pêché la truite !
Northwood se mit à rire. Un rire profond, sonore, qui lui procura une sensation très agréable au creux du ventre. Mais... quelle était la cause de son hilarité ?
Elle le dévisagea. Le soleil parsemait ses cheveux mouillés de paillettes dorées, ses joues ruisselaient d'eau.
Puis Castleford se mit à rire aussi, bientôt imité par Sebastian. Alexander se pencha pour attraper le bout de la ligne de Lydia et la releva. Un petit poisson argenté, de neuf centimètres à peine, se tortillait à l'extrémité.
- Ma chère, voici votre baleine, déclara-t-il.
Les trois hommes éclatèrent de rire de plus belle.
- On pourrait peut-être le servir en hors-d'oeuvre, suggéra Sebastian.
- Ou le donner au chat, hoqueta Castleford.


Avis :

 Ce livre est une grande équation de plaisir et de prise de tête ; entre une romance charmante, une passion dévorante, des héros séduisants et intelligents, une intrigue pleine de vice et de mensonges, de secrets et de peurs, de mystère et de révélation, un mélange d'historique et de moderne. En résumé ce premier tome de « Cœurs vaillants » est ravissant malgré les problèmes mathématiques cités, auxquels je n'ai absolument rien compris. C'est bien trop complexe cette partie là du livre, pourtant elle fait partie intégrante de l'histoire, c'est limite essentielle. Ce n'est pas un sujet souvent abordé dans les romans, néanmoins Lydia qui est passionnée par cette matière nous ouvre les portes sur un monde rempli de chiffres, d'énigmes et de théories.

Lydia est une femme à laquelle je me suis vraiment identifiée. Principalement pour sa passion des mathématiques, la façon dont elle en parle aux gens me ressemble beaucoup ; sauf que moi c'est avec les livres. C'est une demoiselle très forte ; après la perte de ses parents, sa grand-mère et elle s'occupe de sa sœur de onze ans ; Jane. Lydia est un peu solitaire et c'est aussi pour ça que je me suis indéniablement attachée à elle, j'ai eu comme l'impression d'interpréter son rôle. C'est quelqu'un de bien, qui est plein de fièvre sur la découverte. Au fond les secrets qu'elle garde sont précieux, ils la protègent d'un scandale et d'une tristesse profonde. Elle est très admirable.

Alexander Hall est un protagoniste incroyablement intéressant. C'est vraiment un homme unique ; il perd souvent le contrôle de lui-même ce qui est drôle. Il est parfois dépassé par les événements. Néanmoins Lord Northwood de son nom noble, est responsable et sûrement prêt à beaucoup de sacrifice pour remettre sa famille sur le devant de la société, après un scandale sulfureux qui a fait d'énorme dégât. Je l'ai bien aimé, sa persévérance est plaisante, de plus c'est un garçon qui est protecteur et très courageux. Alexander est loin d'être lâche, son seul soucis s'est qu'il s'occupe plus des autres que de lui-même.

J'ai adoré Sebastian, frère d'Alexander. C'est un personnage secondaire très mature, toutefois il prend quand même le temps de vivre et il est un peu désinvolte et c'est tout ça qui fait son charme. Et c'est l'héros principal du second tome de « Cœurs vaillants » que j'espère lire prochainement.
Jane, la petite sœur de Lydia est assez intrigante. Elle est aussi très maligne et intelligente, peut-être pas autant que son aîné. En tout cas elle est animée par les insectes, elle est fascinée par ces petites bêtes, ce qui est originale.

L'histoire est un peu en longueur, avec quelques détails en trop. Mais à part ça, j'ai pris vraiment du plaisir avec cette lecture, elle est légère en restant toutefois captivante et développée. Ce qui indispensable avec un roman de 400 pages c'est le suspense et il est présent, petit à petit il s'installe et la révélation est vraiment pas mal, moyennement surprenante mais ça vaux cependant le coup.

L'émotion est un peu simpliste, il n'y a pas de profondeur. Pourtant les sentiments ressenties par les protagonistes auraient pu être intenses, voir même touchant. C'est l'unique vrai bémol de ce roman, l'étincelle de magie n'y est pas totalement ancrée. Après le côté ; désir, passion et attirance c'est plutôt bien décrit, les sentiments ne sont pas minimisés.

Franchement j'ai bien accroché avec la plume de Nina Rowan, c'est fluide et poétique. Par contre les phrases mathématiques sont de temps en temps au mauvais endroit dans le récit ; cela coupe immédiatement le rythme et mets en disgrâce la synopsis ainsi que l'écriture. Cet auteur fait quand même de très belles descriptions, en particulier avec les scènes entre Lydia et Alexander.

Dans l'ensemble c'est une première œuvre réussi pour cette saga. C'est appréciable et même agréable à lire. Les personnages sont vraiment différents et ils ont un grand esprit, tous. Que ce soit Lydia avec les maths, Alex avec sa culture mondiale, Jane et les insectes ou encore Lord Rushton qui est le père d'Alex avec ses plantes. Ce livre montre que tout le monde a un talent, un don ou encore une passion. C'est presque fascinant. L'intrigue est plutôt sympathique, convaincante tout du moins ; puisque le mystère et l'originalité sont de la partie, ce qui manque c'est certainement l'émotion mais il y a quand même dans cet ouvrage une belle histoire d'amour, naturelle et un peu désarmante.


Note :
8.5/10.

1 commentaire:

Laissez un commentaire