Translate

11 juil. 2018

Couleur cannelle.


Titre : Couleur cannelle.
Auteur : Lorys V.
Genre : Romance.
Edition : Autoédité.
Nombre de pages : 278 pages.
Prix : 2.99€ / 9.95€.


Résumé :

 Aller en Colombie pour retrouver un mystérieux garçon ? Cela n’effraie pas Hugo. Il entreprend un voyage dans ce pays inconnu sans prévenir personne ni expliquer à qui que soit l’objet de sa quête. Cette aventure n’appartient qu’à lui, et il s’y est préparé toute sa vie… 

Une fois en Colombie, il découvre un pays attachant et passionnel, mais rien ne semble pouvoir le dévier sa mission. Et très vite, il parvient à son but et retrouve celui qu’il était venu chercher, Eliezer.

Malheureusement, tout se complique. Car le garçon en question est beau, tendre et attentionné, et la couleur cannelle de sa peau attire particulièrement Hugo. Mais que faire de l’amour lorsqu’il est impossible ? Comment gérer les pulsions lorsqu’elles nous portent justement vers la seule personne avec laquelle il soit interdit de les expérimenter ? Entre Eliezer et Hugo l’ambiguïté va prendre place, et tandis qu’ils parcourent ensemble la Colombie, ils devront affronter ensemble leurs désirs et les tabous qu’ils engendrent…


Extrait :

 Eliezer ne s'est pas changé depuis qu'il est rentré chez lui. Il garde les mêmes vêtements et a simplement ôté ses mocassins, préférant rester pieds nus. Il me regarde avec de grands yeux, et semble chercher dans sa mémoire un élément lui permettant de m'identifier. Pour casser le silence, je lui dis simplement bonjour, en lui tendant la main. Nous restons un long moment avec nos deux mains serrées, et en continuant de me dévisager il commence à laisser apparaître un sourire incrédule. Il semble avoir du mal à croire ce qu'il imagine. Ses yeux progressivement s'agrandissent, et ses lèvres se déploient en laissant voir ses dents très blanches, et enfin il me demande d'une voix émue :
- C'est toi ?
- Oui.
- C'est bien toi ? Vraiment ?
- Oui, c'est bien moi.
- Je t'ai reconnu à tes yeux gris, et maintenant ton accent français... C'est bien toi, alors ? Je n'arrive pas à y croire. J'ai attendu ce moment tellement longtemps ! J'y ai rêvé tellement souvent, mais en croyant que jamais il n'arriverait ! Tu es venu jusqu'ici ? Comment tu as pu trouver mon adresse ?
- Par Facebook, j'ai su où tu travaillais. J'y suis allé et je t'ai suivi jusque chez toi.


Avis :

 Pour commencer, je tiens à remercier l’auteur Lorys V. de m’avoir accorder ce service-presse. Une histoire avec un grand potentiel, mais possédant beaucoup d’imperfection. Celles-ci se trouvent dans le sens, dans la construction du récit – certaines scènes se déroule d’une manière parfois absurdes. Les thèmes sont tout de même intéressants, l’amour homosexuel et l’inceste ; avec un voyage et le besoin de retrouver des racines. Je reste toute de même sceptique sur le dénouement, certes il est surprenant ; mais je suis déçue par son expédition brusque. Du coup, « la romance » n’a pas vraiment de fin.

Hugo est un jeune homme qui prend la décision de partir en voyage pour ses vacances. Il choisit la Colombie comme destination, pour retrouver un garçon. On pense tout de suite que ça va être la rencontre amoureuse de sa vie, qu’il a rencontré ce Eliezer sur internet et qu’il souhaite lui faire une surprise avec sa venue. De temps en temps, j’ai trouvé ce protagoniste contradictoire dans ses choix – du coup il perd de son charme, de ses valeurs principales. Hugo est l’héros et il semble souvent indécis, malgré tout j’ai adoré suivre son chemin.

Dans le cas d’Eliezer, c’est très différent. Il sait ce qu’il veut, c’est un homme avec une certaine énergie en complément d’une forte vaillance. Par contre, il est détestable dans un passage, capable d’abandonner quelqu’un pour atteindre ses objectifs. Égoïste quelquefois, généreux dans d’autres moments. Un caractère mystérieux et étonnant, avec un côté super-actif. J’ai eu un peu de mal à le cerner, mais je l’ai apprécié pour ses qualités – néanmoins pas pour ses défauts.

En général, je tombe tout de suite sous la séduction de ce genre de romance. Malheureusement, quelques éléments m’ont mis la tête sans dessus-dessous. On se noie dans la synopsis en positif et en négatif puisque les approfondissements finissent dans la confusion la plus totale. De plus, il n’y pas de verbe de dialogue,, ôtant toute l’intensité de la plume de l’auteur dont je vais parler dans le prochain paragraphe. C’est un récit original, mais on est pas spécialement marqué par ce point, ni par les sentiments qui sont pour moi inexistants. Les émotions ne se détachent pas des personnages, ce qui ne nous permet pas de ressentir ce qu’ils ont sur le cœur. Le suspense, l’aspect fort du roman. Sincèrement c’est les dernières pages qui m’ont déconcerté, je ne sais même pas quoi penser de ce final ; tellement c’est à la fois cataclysmique et catastrophique.

En dehors du fait qu’il n’y a pas de transition dans ses dialogues, l’auteur nous offre une narration exceptionnelle. Simple, fluide avec un vocabulaire varié et énormément de fougue. Justement trop d’entrain laisse penser une précipitation dans son écriture et donne un petit effet d’incohérence. Lorys V. détient une plume plutôt sympathique, par contre sur l’ensemble du roman son style n’est pas agréable sur les zones essentielles de la synopsis.

Un bilan mitigé, autant j’ai adoré les sujets et bien aimé les personnages ; autant je suis légèrement déçue par les tournures de l’écrivain. Aucun verbe de dialogue pour les transitions, cela alourdis complètement l’histoire, les développements manquent de maîtrise ; du coup « Couleur cannelle » est un récit à vif, brusque. Surtout que la fin valide entièrement ce fait, elle n’est pas présente malgré la grande surprise ; sur ce dénouement on se pose la question suivante : « Où est la romance ? ». Hugo est un garçon trop incertain tandis que Eliezer est un homme sachant ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas. Deux contraires, un mélange attrayant et troublant. Un livre riche en connaissance, malgré tout le fond n’est pas parfaitement traité.


Note :
7/10.

1 commentaire:

  1. Je pense pas que j'arriverais pas à me faire à ce type de récit au vu de ce que tu décris. Dommage car les thèmes abordés sont intéressants

    RépondreSupprimer

Laissez un commentaire