Translate

4 juil. 2018

Dix-sept ans.


Titre : Dix-sept ans.
Auteur : Ava Dellaira.
Genre : Contemporain.
Edition : Michel Lafon.
Nombre de pages : 397 pages.
Prix : 16.95€.


Résumé :

Nous poursuivons tous quelque chose…

 Dans les années 1990, pour Marilyn, 17 ans, c'est la liberté. Enfermée dans les rêves de célébrité de sa mère qui l'entraîne d’auditions en castings, elle ne revit que lorsqu'elle retrouve le beau et insaisissable James. Mais les regards que certains portent sur la couleur de peau de James ne risquent-ils pas de détruire leur amour naissant ?

De nos jours, pour Angie, 17 ans, c’est la vérité. Alors que le monde semble s'être arrêté de tourner pour sa mère, Marilyn, la jeune métisse est prête à tout pour retrouver James, ce père qu'on lui a toujours caché. Embarquée par son ex-petit ami Sam, Angie fuit sa ville de province et plonge dans les rues bruyantes et colorées de Los Angeles, à la recherche d’un passé trop longtemps maintenu dans l'ombre.


Extrait :

 - Je t'aime.
Marilyn scrute son visage, mais il a le regard rivé sur la ville, comme s'il s'apprêtait à plonger dans l'océan des dizaines de mètres en contrebas. Mais il a déjà fait le grand saut, non ?
Quand elle dépose doucement la main sur sa joue, il se tourne vers elle. C'est précisément la distance entre eux, songe-t-elle, alors, qui rend leur relation si belle. Le fil ténu et délicat qui les lie l'un à l'autre. Un fil d'or. Il n'y a plus que cela qui compte, à cet instant.
- Moi aussi, je t'aime.
Elle ne sait pas si c'est bien le cas, pas encore. Elle ignore même si elle comprend ce qu'est l'amour, mais peu importe. Elle sait qu'elle peut l'aimer. Elle est certaine à présent qu'elle l'aimera.


Avis :

 Je souhaite avant tout remercier Livraddict et les éditions Michel Lafon de m’avoir accorder ce partenariat. Connaissant déjà l’auteur grâce à son œuvre « Love Litters to the dead », lire un autre de ses romans semblait tout à fait judicieux.

Je ne suis pas déçue par « Dix-sept ans », un livre qui parle au cœur, une histoire touchante puisqu’elle raconte l’histoire d’une mère et d’une fille. On rentre dans le passé de l’une et on est dans le présent de l’autre. Pendant les années 1990 Marilyn est tiraillé par les rêves de sa mère, les siens et son amour pour un jeune homme. Tandis que de nos jours, Angie cherche la vérité et un père disparu ; un périple inattendu pour elle dans les rues de Los Angeles. Un récit authentique, plutôt basé sur des faits réels de mon point de vue. Malheureusement, on s’y perds de temps en temps, avec les changements de point de vue – puisqu’ils durent assez longtemps chacun. Du coup au moment de passer de Marilyn à Angie ou vice-versa, on est encore dans la synopsis de l’autre ; ça m’a déstabilisé plusieurs fois. Mais sinon en dehors de ce petit bémol, la sincérité du roman est magnifique tout comme la plume d’Ava Dellaira.

Angie est une héroïne un peu trop indécise, elle ne sait pas exprimer ses sentiments et se laisse déborder par eux. Toutefois, je l’ai bien aimé. Elle est attachante de temps en temps, surtout quand elle pense à sa mère. Mais, elle est aussi injuste avec cette dernière, essayant de la faire culpabiliser et ce n’est pas forcément agréable comme personnalité. Une adolescente presque adulte, voulant connaître la vérité et j’admire cet aspect d’elle ; d’être curieuse et déterminée, puisqu’elle ne fait pas dans la dentelle. Dès qu’elle rentre dans la ville de Los Angeles, elle veut retrouver son père en commençant par chercher son oncle, retournant toutes les adresses et portes qu’elle pense être bonnes. Du coup, Angie montre une image de fille plutôt impatiente, ce que dans son cas on peut comprendre.

La mère d’Angie, Marilyn ; on ne découvre pas vraiment son caractère de « maman », de « femme ». On apprend à la connaître à 17 ans, l’âge que détient sa fille dans le présent. C’est une jeune fille différente des autres, sa mère l’entraîne vers la vie d’une star : devenir actrice ou mannequin pour gagner de l’argent. Sauf que ce n’est pas l’envie de Marilyn, celle-ci souhaite faire des photo. Elle est simple, trouvant de la joie dans les détails de la vie ; malgré des obligations qui ne l’enchante pas. En vérité, toute la pression qu’elle doit garder sur ses épaules m’inspire de l’admiration. Une véritable surprise, à chaque fois j’attendais son point de vue avec impatience.

Il y a énormément de protagonistes secondaires, dans les parties d’Angie on rencontre Sam ; avec peu de développement sur lui. Pourtant il donne une touche de légèreté, ce qui n’est pas forcément exploité sur la durée. On découvre par la suite un autre héros masculin, James ; dans les passages de Marilyn, pendant les années 1990. Ce jeune homme m’a plu du début à la fin, il est séduisant dans sa manière d’être. De plus son ambition, son intelligence est attrayante. Je n’oublierai pas James, c’est mon personnage coup de cœur.

Très beau récit, loin d’un roman « jeunesse » ou « Young-Adult », cette histoire aborde des thèmes forts et un style complexe. C’est un ouvrage se lisant à partir de 14 – 15 ans et ça peux parfaitement convenir à des lecteurs plus âgées, c’est le genre de bouquin pouvant se lire de mère en fille et etc… Il se transmettra peut-être de génération en génération. Le point positif de ce livre vient d’une profonde sincérité, de la part de l’auteur et des personnages. Les émotions restent toutefois « neutres », un peu « éteintent » ; mais le fond de la synopsis est bouleversant. L’originalité est particulièrement mise en valeur avec le schéma du roman, deux points de vue sur deux époques différentes. Et le mystère est intense, jusqu’aux révélations ; donc un suspense parfait donnant du pouvoir à toute l’histoire.

Ava Dellaira est une écrivain que je lis pour la seconde fois. Après « Love Letters to the Dead » que j’ai adoré, « Dix-sept ans » est une belle révélation. Malgré tout, ce n’est pas un coup de cœur à cause des longueurs et des deux points de vue entre passé et présent où on s’emmêle parfois les pinceaux. Une écriture plutôt riche et fluide, certes l’auteur ne lésine pas sur les détails ; mais la narration est en surcharge.

Dans l’ensemble c’est une lecture magnifique, sincère et pleine de surprise. Les seuls points négatifs étant les changements de temps et de narrateur, ainsi que les lacunes sur les sentiments qui manquent ardemment de constance. Une bonne maîtrise sur le suspense et le sujet du roman, le tout offre une histoire intéressante. Les héros m’ont charmé, plus Marilyn qu’Angie, et plus James que Sam ; toutefois ils ont une personnalité propre à chacun et c’est le plus important. « Dix-sept ans » est une lecture contemporaine, unique et portant connaissance sur les faits des origines parentales, sur le choix de protéger son enfant par des mensonges, des non-dits. Un récit à la fois doux et intense, Ava Dellaira se révèle avec une écriture plus mature, plus sûre d’elle.


Note :
8.5/10.

1 commentaire:

  1. Je ne connais pas, mais ta chronique me rends curieuse ! Cela a l'air sympa à lire pour cet été :p

    RépondreSupprimer

Laissez un commentaire