Translate

9 déc. 2017

Off-Campus, Tome 1 : The Deal.


Titre : Off-Campus, Tome 1 : The Deal.
Auteur : Elle Kennedy.
Genre : Romance.
Edition : Hugo&Cie.
Nombre de pages : 431 pages.
Prix : 17€.


Résumé :

Un accord dangereux ?

 Hannah est une élève brillante et elle a un don incroyable pour le chant. Mais quand il s'agit d'hommes et de séduction, elle perd tous ses moyens.
Garrett est la star de l'équipe de hockey de l'université, mais ses résultats scolaires ne sont pas à la hauteur et il risque de perdre sa place dans l'équipe.
Ils vont passer un drôle d'accord. Elle lui donne des cours, il l'aide à surmonter ses angoisses et à séduire le quater back de l'équipe de football.

Cet arrangement original va-t-il changer leur vie ?


Extrait :

 - Tu as interdit à tous les mecs du campus de m’approcher ? Tu es sérieux ?
Je plonge mon regard dans le sien et je sais qu’elle n’y voit pas le moindre remords.
- Bien sûr !
- Mon Dieu, tu es incroyable, dit-elle en secouant la tête. Qui fait ça, Garrett ? Tu ne peux pas menacer tous les mecs de la fac de leur botter le cul s’ils me touchent !
- Je n’ai pas menacé tous les mecs. Tu crois que j’en ai le temps ? Je l’ai simplement dit à quelques personnes clés et je me suis assuré qu’elles feraient passer le message.
- C’est quoi l’idée ? Si tu ne peux pas m’avoir, alors personne ne peut m’avoir ?
- Mais non, ce serait fou ! Je ne suis pas un psychopathe, voyons. Je l’ai fait pour ton bien, Wellsy.
- Ah bon ? Alors vas-y, explique-toi !


Avis :

 Comme d’habitude dans une romance, nous avons droit aux clichés de base ! Sauf que sans eux, l’histoire ne serait peut-être pas autant addictive ; puisque je l’ai lu en seulement quelques heures. J’ai tout simplement dévoré ce premier volume d’ « Off-Campus ». Certes, c’est un récit simple et sans réellement d’originalité ; toutefois c’est vraiment bien construit. Les personnages, les sentiments et les lieux semblent développés suffisamment pour être plaisant et surtout captivant. Dans un sens, la plume de l’auteur est le point fort du roman ; elle est douce, attentive aux mots qu’elle utilise. Par contre il n’y a pas de suspense, peu de surprise ; dans les histoires d’amour la fin est souvent prévisible, pourtant « The Deal » est intéressant de part la personnalité des héros.

Hannah au surnom de Wellsy est une jeune femme ayant vécu un fait immoral étant plus jeune. Difficile dans son cas de ne pas s’attacher à elle, loin d’avoir pitié d’elle ; au contraire j’ai admiré sa force de vivre après ça. Malgré tout elle ne fait pas confiance facilement et particulièrement aux garçons, tout en évitant les soirées universitaires. Ce que j’ai vraiment aimé chez elle, c’est son indépendance et sa gentillesse envers les autres ; cependant elle n’hésite pas à avoir de la répartie et surtout de faire tourner en bourrique les hommes, surtout quand ils sont « arrogants ». C’est pratiquement un coup de cœur, alors que les héroïnes de romance cliché ne me touchent pas forcément beaucoup.

Garret Graham, le beau mec, sportif, populaire, plutôt intelligent – le magnifique stéréotype ! Surtout qu’il ne souhaite pas de relation sérieuse et préfère coucher avec les filles quand ça lui chante et rien de plus. Les sentiments ça ne fonctionnent pas avec lui. Mais rien n’est jamais sûr, surtout après avoir raté un devoir, prêt à être sur le banc de touche pendant les prochains matchs. Il doit trouver une solution impérativement. J’ai bien aimé ce personnage, bien différent de ce qu’on peut penser de lui au début.  Il n’est pas différent et unique, mais il est agréable à suivre ; il s’exprime sur ses sentiments sans mettre de barrière. Au fond je crois que c’est son côté naturel qui m’a plu chez lui.

De mon point de vue le roman est très simple à lire, en quelques heures il était terminé. C’est évident que l’histoire est classique, déjà-vu et revu ; il n’y a rien de bien surprenant dans ce récit. Mais j’ai quand même apprécié ma lecture, les sentiments étant très bien développés ; j’ai ressenti la honte d’Hannah, la force de Garret, l’amour entre eux en dehors du fait qu’ils ont du mal à se supporter au début. Ils forment un joli couple, ordinaire avec des petits moments intéressants. Certes ce livre n’est pas exceptionnel, toutefois c’est agréable, prenant et plutôt drôle de temps en temps ; en effet les piques entre nos deux héros donnent cette petite étincelle – malgré tout le manque d’originalité et le fait que ce soit dénué de surprise me laisse sur ma faim.

L’écriture d’Elle Kennedy s’engouffre facilement dans l’addiction. Naturelle, vivante, dosant parfaitement les émotions et les détails de l’histoire. Je ne suis pas surprise par cette auteur, les mots glissent comme du papier à musique ne laissant pas forcément de trace à l’esprit. Ce n’est pas une plume marquante bien qu’elle soit douée pour faire alterner deux personnages.

Sincèrement ce livre m’a conquis, même si ce n’est pas le récit du siècle. Des clichés au niveau de la rencontre, de la construction relationnelle entre nos héros. Mais une belle surprise sur leur personnalité, Hannah est indépendante et gentille ; sauf qu’elle résiste avec ses réponses vives. Garret paraît banal, pourtant on s’attache à sa simplicité du fait qu’il ne lutte pas sur ses sentiments. Les protagonistes secondaires plaisent aisément, rajoutant vraiment une note de « famille », « frère », un nuage de solidarité qui fait du bien. Un ouvrage loin d’être authentique, sans inclure les émotions dans ce fait. Dans cette première histoire d’amour tout est presque idyllique, malgré des petits drames. Il y a parfois de l’amusement, un bon déroulement et une écriture attractive.


Note :
8.5/10.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire