Mes dernières chroniques

30 déc. 2017

À quatre mains.


Titre : À quatre mains.
Auteur : Renée Carlino.
Genre : Romance.
Edition : Milady.
Nombre de pages : 415 pages.
Prix : 18.20€.


Résumé :

« L'amour entraîne la peur de perdre l'autre. Ce n'est pas une histoire de roses rouges et de licornes ; l'amour, c'est brutal, ça fait mal. Il faut un courage incroyable pour oser aimer vraiment, et je ne connaissais personne de plus courageux que Will. »

 Privilégiant ses études au sein d'une prestigieuse université, Mia a mis une croix sur sa vraie passion, le piano. À la mort de son père, elle part à New York et reprend le bar qu'il tenait - un lieu incontournable qui offre leur chance aux jeunes musiciens. C'est là qu'elle rencontre Will, un guitariste qui incarne exactement le style de vie auquel elle s'est refusée. Après s'être liée d'amitié avec Will, Mia lui propose de devenir son colocataire et ses certitudes volent en éclats. Peut-elle vraiment se contenter d'être sa meilleure amie ? Finira-t-elle par laisser libre cours à ses passions ?


Extrait :

 - Tu parles à Dieu ? demandai-je.
- Si on veut, oui, murmura-t-il.
- Qu'est-ce qui ne va pas ?
- Je suis préoccupé. Il est temps qu'on rentre à la maison. Je veux poser un verrou supplémentaire sur la porte d'entrée, changer la pile du détecteur de fumée et faire réviser la chaudière avant de partir. Et puis, il faut que je rassemble tout mon matériel. Je suis un peu stressé, c'est tout.
- Will Ryan, est-ce que tu te ferais du souci pour moi, par hasard ?
- Je me fais toujours du souci pour toi.


Avis :

 Une romance que j'ai bien aimé et dont je vais garder un fin souvenir, elle m'a énormément enrichi et appris sur l'amour et les choix qu'on peut faire dans la vie. Malgré tout comme s'est dit, parfois les conséquences deviennent elles-mêmes des volontés. L'héroïne se cache derrière ses peurs, ne prenant que très peu de chose aux sérieux, faisant du mal autour d'elle et surtout à elle-même. En fait ce n'est pas seulement une histoire d'amour, la synopsis parle du deuil, de la reconstruction, des possibilités d'existence ; au final cette œuvre donne des faits réels, des conseils. « À quatre mains » se traverse et se laisse porter sur le courant des autres romances, tout en gardant son authenticité ; entre musique, passion et douceur, la relation entre Mia et Will est peut-être faite pour vous. Par contre, « Après la pluie » est de loin la meilleure romance de l'auteur pour l'instant. En tout cas, ce sont deux synopsis différentes, une étant tragique ainsi que magique, tandis que celle-ci possède un style blues et mélodieux.

Au début de ce roman, Mia paraît généreuse ; et elle l’est. Petit à petit on ressent sa mélancolie, sa tristesse ; tout en voyant en elle des peurs et des rêves. C’est une protagoniste que j’ai apprécié, cependant elle s’apitoie souvent sur son sort ; et ne change pas sa façon d’aborder la vie, elle tente tout en reculant à chaque fois. En réalité, Mia est une femme ayant un grand cœur, douce et pleine de surprise ; malheureusement elle ne se fait pas confiance et elle ne trouve aucunement la foi après avoir vécu la mort de son père. Pourtant elle reçoit beaucoup de sagesse de part son entourage, dans un moment clé de son existence elle prend enfin les devants ; à cet instant-là elle devient elle-même, trouvant le chemin qu’elle doit illuminer.

Will est un héros très spécial, toujours joyeux et optimiste. Sa joie de vivre est une bouffée d’air frais, toujours est-il qu’on éprouve vraiment sa peine quand il est blessé. Je me suis attachée à ce personnage, doux et éternellement présent pour les autres ; l’homme idéal. Par contre, son insistance peut faire fuir ; ses traits de caractère sont uniques et ne manquent pas de mystère. Certes, son aspect « gentil et heureux » paraît naïf, sauf qu’au contraire il est méfiant ; appréhendant chaque événement. J’admire son style de vie, ne voulant pas devenir une célébrité, il garde sa liberté musicale et décide d’un projet inconnu, totalement extraordinaire. Un héros passionné et passionnant, déterminé et adorable.

Ça commence par une rencontre dans un avion, ils vont faire connaissance pendant le vol et sans le savoir ils vont tomber sous le charme l’un de l’autre. La relation entre eux se met doucement en place, avec une amitié profonde et un amour débordant. Rien n’est vraiment original dans cette synopsis, en dehors du fait que nos deux héros soient passionnés par la musique et que le prologue et l’épilogue offre la narration à une femme du nom de Lauren. Mais j’ai apprécié les liens qui les unissent, malgré les mensonges de Mia sur ce qu’elle ressent. Will ne sait plus comment aborder Mia, faisant tout pour l’avoir à ses côtés ; cette dernière n’accepte pas ses sentiments et accorde une trop grande importance aux biens matériaux. Le suspense est tout de même présent, surtout pour l’idée de Will ; on ne devine certainement pas son désir de faire cette activité, au final ce personnage est surprenant, énigmatique. Les sentiments ne valent assurément pas ceux d’ « Après la pluie », ils sont largement plus soft dans ce récit, moins envoûtant. Bien que l’émotion puisse être de temps en temps intense, surtout vers les cents dernières pages où j’ai eu la gorge nouée et la larme au coin de l’œil ; je ne suis pas totalement subjuguée par elles. Au fond ce qui m’a gêné dans ce roman, c’est l’audace de l’auteur au sujet de tout l’alcool que boit Mia ; cette exagération n’est pas gracieuse pour l’héroïne.

Renée Carlino raconte une nouvelle histoire d’amour, avec une amitié en prime. Sa façon d’emmener la romance est très plaisante, lentement mais sûrement avec des rebondissements tout à fait possible et réel. Sa plume reste telle qu’elle est, bien qu’elle évite dans cet ouvrage de développer les émotions ; en différence de son autre roman où elles sont entièrement bouleversantes. Mais elle me déconcerte avec son idée de débuter son histoire avec une héroïne autre que Mia, un rapport s’installe se dirigeant vers les personnages principaux avec richesse et intelligence ; de plus la conclusion est à la hauteur et le bonus sur le point de vue de Will renforce l’âme d’ « À quatre mains ».

Pour conclure ce livre se montre frustrant, puisque l’héroïne est agaçante ; de part ses préjugés et se faisant passer pour une victime. Mais vers la fin son évolution est séduisante, sa raison et son cœur respire ensemble dorénavant. Un roman ayant un thème commun ; l’amour et la reconstruction. Néanmoins le point d’orgue est dans la croyance et les convictions. Du coup c’est une romance pleine de mélodie où des notes amicales s’abandonnent, grâce à une plume tout en simplicité. Le suspense est entre parenthèse régulier, l’authenticité n’est pas grandiose sauf qu’elle est touchante, les sentiments me laissent légèrement sur ma faim toutefois ils se ressentent suffisamment pour être vécu. Une synopsis imparfaite, une histoire d’amour résonnante de sens.


Note :
9/10.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez un commentaire