Translate

5 nov. 2017

Les vampires de Chicago, Tome 7 : Permis de mordre.


Titre : Les vampires de Chicago, Tome 7 : Permis de mordre.
Auteur : Chloe Neill.
Genre : Bit-lit.
Edition : Milady.
Nombre de pages : 400 pages.
Prix : 8.20€.


Résumé :

Là ou il y a des vamps,
il y a des ennuis !

 Deux solitaires ont disparus sans laisser de traces. Moi, Merit, chargée de la protection de ma Maison, je n'en suis pas à ma première enquête. Cependant celle-ci pourrait bien s'avérer la plus dangereuse. Quelqu'un s'en prend aux vampires de Chicago, et n'importe qui pourrait être le prochain sur sa liste. Avec l'aide de mon Maître, Ethan Sullivan, c'est à une véritable course contre la montre que je vais devoir me livrer. Mais confrontée à d'anciens démons et à des alliances secrètes, je vais devoir admettre que mon ennemi est bien plus puissant que tout ce que j'ai pu imaginer.


Extrait :

 - C'est vrai. J'accepte que tu fasses partie de la GR. Mais si jamais tu partages de nouveau ton sang avec Jonah, tu devras m'en rendre des comptes.
Ses yeux étaient devenus argentés et il me dévisageait avec intensité.
Le mélange entêtant de peur et de désir qui flottait dans l'air me faisait tourner la tête.
- Tu m'as affirmé que tu n'étais pas jaloux, objectai-je an reculant d'un pas. Que toi et moi, c'était inéluctable.
- C'était avant que j'apprenne que tu étais liée par le sang à un homme d'une autre Maison, Sentinelle. (Soudain, sans me laisser le temps de répliquer, il agrippa le revers de ma veste et m'embrassa avec fougue.) Tu es à moi, à moi seul, et il semblerait que tu aies besoin d'un rappel. Je te suggère de retourner à notre appartement. Sinon, je te sauterai dessus ici même, avec la porte ouverte.


Avis :

 Ce septième volume est génial, surtout dans les sentiments ; ressentant la tristesse de Merit quand celle-ci doit avouer un secret à Ethan. Ce dernier se met en colère et lui reproche d’être déloyale. C’est le passage que j’ai préféré dans ce livre puisqu’elle met vraiment en scène leur « couple ». Ensuite, l’action est moins frappante que dans les tomes précédents, pourtant tout n’est pas rose pour la Maison Cadogan ; surtout en politique et en protection des leurs. Et cette fois la fin m’a plu, totalement ; elle est à la hauteur de l’histoire et elle est très touchante.

Merit garde son caractère de rebelle et je l’apprécie toujours autant. Elle ne manque pas de courage et de dévotion, elle sait ce qui est bon pour elle et les autres. C’est une Sentinelle prête à tout pour protéger son maître et sa maison, malgré des choix parfois difficile à faire. Toutefois, elle perd un peu de son humour ; devenant beaucoup plus sérieuse dans son travail et dans sa relation avec les autres. En tout cas c’est une héroïne que j’admire, simplicité et énergie font d’elle ce qu’elle est. De plus, elle sait donner de l’espoir à son entourage, les rassurant dans les moments désespérants. 

Ethan ne change pas, autoritaire et dominant ; bien qu’il soit amoureux. Dès que quelque chose lui déplait, il le fait savoir avec des mots durs. Je le trouve souvent immature dans ses réactions, osant des vengeances puériles. Mais c’est un personnage séduisant, je suis facilement tombée sous son charme ; même dans cette suite. Il n’est pas facile à vivre mais son esprit regorge de temps en temps de sagesse, ce que j’aime le plus chez lui c’est son côté stratège et réfléchi ; essayant d’avancer malgré les obstacles.

Au cœur de Chicago, un criminel attaque des vampires ; une enquête se met en place et Merit doit faire des recherches avec très peu d’indice. De plus, le Présidium de Greenwich n’hésite pas à rendre l’existence des habitants de la maison compliqué. Du stresse et de mauvaises ondes encourage Merit à se donner corps et âme dans les recherches, malgré la bataille entre elle et Ethan au sujet de ses choix. Les rebondissements sont moins insistants, certes les investigations prennent beaucoup de temps et donc une grande partie du roman ; alors l’action est plus faible, moins passionnante. Toutefois, le mystère à propos du meurtrier est prenant alors que c’est une intrigue annexe en comparaison des problèmes avec le PG. Mais au centre de ses péripéties se déroule une romance, pleine de secret et de jalousie, de pouvoir et de révolte. Merit et Ethan ont une relation comme le Ying et le Yang, différent l’un de l’autre et pourtant si complémentaire que s’en est étrange ; un lien spécial les unit. Cependant, ce que je retiens de ce septième volume ; ce sont les émotions, elles sont beaucoup plus profonde que dans le sixième roman de cette saga. J’ai ressenti autant d’angoisse que les personnages, me coupant le souffle ; la colère et la peine possèdent également l’œuvre.

Chloe Neill est une écrivaine que j’admire beaucoup dans le style de la bit-lit, premièrement elle ne met aucune scène « hot » en différence de ses confrères. Ensuite, elle renouvelle les intrigues facilement ; à force ça peux devenir répétitif mais avec cette auteur ça ne l’est pas. Sa plume est naturelle et rythmée, touchant le cœur quand elle retranscrit les sentiments des héros. Son écriture est développée, avec des détails intéressants ; en plus elle sait transmettre du suspense dans ses histoires.

Bien que ce soit une trame lente et ne contenant pas de bataille intense, l’histoire en elle-même est captivante, surtout avec les émotions, le mystère et la plume. Les recherches avancent laborieusement et communiquent beaucoup d’inquiétude. Merit est une héroïne que j’adore, Ethan est quelqu’un d’intrigant à chaque fois. Jonah est le chef de la garde d’une autre maison et c’est un protagoniste pour lequel je m’attache de plus en plus. La fin est concluante, pleine de liberté et d’espoir ; elle emmène de la légèreté après tant d’horreur. C’est un volume convaincant sur l’évolution de la Maison Cadogan, de Merit et d’Ethan ; avec une touche de romance et de policier !


Note :
9.5/10.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un commentaire