Mes dernières chroniques

15 sept. 2017

Une braise sous la cendre, Tome 1.


Titre : Une braise sous la cendre, Tome 1.
Auteur : Sabaa Tahir.
Genre : Science-Fiction.
Edition : Pocket Jeunesse.
Nombre de pages : 523 pages.
Prix : 18.90€.


Résumé :

Je vais te dire
Ce que je fait à chaque esclave
Qui arrive à Blackliff :

La Résistance a tenté de pénétrer
Dans l'école un nombre
Incalculable de fois.

Si tu travailles pour elle,
Si tu contactes ses membres,
et même si tu y songes,
Je le saurai et je t'écraserai.

 Autrefois, l'Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutal, dévouée à l'empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d'écrire s'expose aux pire châtiments, Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d'élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté... et sauver ceux qu'ils aiment.


Extrait :

« Vas-y Elias ! Avant que Marcus se réveille ! »
C'est alors qu'elle se rend compte qu'au lieu de tenter de tuer Laia je la protège. La foule retient son souffle, silencieuse.
« Ne fais pas ça, Elias. Pas maintenant. On y est presque. Tu seras empereur. Je t'en prie, Elias, pense à ce nous pourrions faire pour... pour l'Empire...

13 sept. 2017

Charley Davidson, Tome 8 : Huit tombes dans la nuit.


Titre : Charley Davidson, Tome 8 : Huit tombes dans la nuit.
Auteur : Darynda Jones.
Genre : Bit-lit.
Edition : Milady.
Nombre de pages : 379 pages.
Prix : 8.20€.


Résumé :

Vous savez, ces mauvaises choses qui arrivent aux gens bien ? C'est moi.

 Avec douze chiens de l'enfer à mes trousses, il n'y a qu'un seul endroit où je pouvais me réfugier : un vieux couvent à l'abandon. Mais m'y terrer pendant des mois, enceinte jusqu'aux oreilles, n'a rien d'une sinécure. D'autant que Reyes semble malade même s'il me jure qu'il va bien. Heureusement, je ne manque pas d'amis. Et j'aurai bien besoin d'eux, parce que ce qui s'annonce a de quoi surprendre n'importe qui, même moi !


Extrait :

 - Pourquoi est-ce que tu parlais à Ange ? Qu’est-ce qui se passe entre vous deux ?
- Il fait un peu de travail de reconnaissance pour moi.
- De quel genre ? Tu ne le mets pas en danger, n’est-ce pas ?
- Non.
Il se pencha pour me mordiller l’oreille. Ce qui provoqua de chauds frissons sur mes épaules.
- D’accord, alors dis-moi exactement ce que vous manigancez.
- Non.
Il déposa de petits baisers brûlants le long de ma nuque.
- Dis-le-moi, ou on ne couchera plus jamais ensemble.
Il sourit derrière un baiser particulièrement sensuel qui fit s’accélérer mon pouls.
- Je remettrai le costard.
Je fermai les paupières à cette idée tandis qu’un frisson de désir m’agitait.

10 sept. 2017

Confess.


COUP DE COEUR ♥.

Titre : Confess.
Auteur : Colleen Hoover.
Genre : Romance.
Edition : Hugo&Cie.
Nombre de pages : 344 pages.
Prix : 17€.


Résumé :

 Auburn Reed a des plans très précis pour l'avenir et ne laissera personne se mettre sur son chemin ! Mais lorsqu'elle franchit la porte d'une galerie d'art à Dallas pour un entretien, elle s'attend à tout sauf à l'irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry. L'énigmatique artiste semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser sa garde, pour comprendre qu'elle risque bien plus gros qu'elle ne le pensait.
Pour se construire, chacun devra tout confesser. Mais parfois, la vérité est plus douloureuse que le silence...


Extrait :

 - J’ai envie de faire votre portrait, laisse-t-il soudain tomber.
Sa voix vibre de cette confiance qui me manque tellement.
Et mon cœur qui tâche de se rappeler à mon bon souvenir en se mettant à battre comme un dément. Je fais de mon mieux pour déglutir d’un air décontracté.
- Mon portrait ?
Ma voix est trop faible pour ne pas me gêner.
- Oui.
Ouf ! C’est la déclaration la plus érotique qu’on m’ait jamais faite. Je soupire pour essayer de me calmer.
- Je ne sais pas… Ce serait… vous savez, habillée ? Parce que je ne pose pas nue.
Contrairement à ce que j’aurais pu croire, il n’éclate pas de rire. Il se lève lentement, reprend une gorgée de café. J’aime le voir boire son café. Comme si rien ne comptait plus au monde. Il finit par vider sa tasse et la repose sur le bar, puis se remet à me fixer d’un regard lourd de sous-entendus.